Suite des évènements

Après notre 4ème place en poursuite par équipe (médaille en chocolat) au France piste, je termine assez loin sur la course aux points et l’américaine. Je me suis rendu compte à quel point il était dur de faire une transition optimale entre la route et la piste. Je n’ai pas fait énormément de piste ces derniers temps et réaliser des efforts courts et violents, tout en tournant les jambes, ce n’est pas chose facile quand on prends part à des courses de 150 km où ça roule des heures « au train » (45 km/h de moyenne). Sur la piste, il faut être capable de « visser » sur 1 tour à 60 km/h et enchaîner des sprints tous les 2,5 km.

Bref, je reviens bredouille des France piste. Même si les courses sont courtes (entre 4 et 50 km), nous faisons beaucoup d’heures de selle de la journée. Entre les réveils musculaires pour aller à la piste, les échauffements sur le piste, sur rouleaux, la distance de course (parfois matin + après-midi) et les récupérations actives, nous sommes à 4h de vélo. Du coup, cela représente du bon travail pour la suite, même si musculairement, la piste engorge les muscles d’acide lactique et il me faut toujours 2 semaines pour retrouver des jambes neuves.

Je n’ai pas coupé comme je pouvais le faire habituellement après les Championnats de France piste, car le club avait besoin de moi pour la Coupe de France, le Cristal Energie. Je n’ai pas fini la course, les sensations n’étaient pas au rdv. La victoire est revenue à Pioline du CR4C qui a surpris son monde en remportant la victoire sprint massif. Dans la foulée, je suis partis en vacances pour « couper » avec le vélo et le travail. C’est vraiment nécessaire pour la tête et les jambes. Je me permets des choses que je ne fais pas en saison, notamment sur l’alimentation et les activités. Le calendrier en amateur est assez fourni et il n’est pas facile de faire des impasses sur les compétitions.

Ma reprise s’est faite lors du Critérium d’Ambert le lundi 26 juillet. Je termine 15ème en faisant partie d’une échappée pendant un petit moment, mais la course s’est terminée au sprint.

Depuis mercredi soir, je suis au Tour d’Auvergne avec l’équipe. Une très belle organisation. On a commencé fort en remportant la CLM/équipe autour de Chatel Guyon devant L’UC Nantes Atlantique. Maxime Mayençon a été le premier porteur du maillot jaune. Le lendemain, Maxime et moi nous glissons dans le bonne échappée et grâce aux bonifications distribuées en course d’étape, je prends le maillot jaune, avec une 6ème place en prime à l’arrivée.

Le maillot jaune ne donne pas toujours des ailes…En effet, vendredi lors de la 3ème étape très vallonnée, je saute dans une bosse très raide à 15km de l’arrivée et je concède 5′ à l’arrivée…Maxime reprends son maillot et l’objectif est maintenant de le ramener dimanche soir. Hier, l’étape faisait peur, puisqu’on avait au menu un col de 16 km. Même si j’ai laissé quelques forces en début d’étape et dans cette montée pour contrôler l’écart avec les échappés, je bascule avec le peloton et je m’offre la victoire d’étape à La Bourboule, en attaquant dans les 5 derniers kilomètres ! Ma 6ème victoire de la saison !

Il reste aujourd’hui une dernière étape, un peu plus plate que les autres, où il faudra veiller à garder le maillot jaune de Maxime, qui ne tient qu’à 13 secondes par rapport à Martinez. Nous avons une bonne équipe et ça devrait le faire ! 

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *