**Ce week-end ? « Une grande satisfaction. Gagner deux fois en élite sur un week-end, c’est une première, confie Philippe Coisnon, président du Blois-CAC 41. Le faire sur deux fronts différents, c’est énorme ! Avec seulement douze coureurs dans l’effectif, c’est d’autant plus fort. C’est la confirmation que le groupe fonctionne vraiment bien, et qu’une dynamique est en train de naître. » **Pourquoi une telle réussite ? « Dans notre recrutement, on ne s’est pas trompé. Je crois que l’on est aussi revenu vers des valeurs plus proches du club. Pendant deux ou trois ans, on s’est un peu cherché, avec un état d’esprit qui n’était pas toujours le bon. L’an dernier, ça n’allait plus. On était un peu trop gentils. On s’est recadrés. Je crois que Marc Staelen et François Lamiraud, qui sont revenus au club, ont insufflé une mentalité de gagneur. » **Une remise en question générale ? « Oui, on s’est interrogé. Il y avait des choses qui ne fonctionnaient plus. On manquait d’encadrement, peut-être y avait-il aussi une certaine lassitude ? On n’avait pas su se renouveler. Olivier Bouniou, aussi, était moins présent de par ses activités extérieures. Peut-être aussi que nous avons mal géré le calendrier des courses. » **Les objectifs à la hausse ? « On n’est pas à l’abri d’une chute ou d’un contrecoup. Il faut attendre avant de trop se projeter. Pour l’instant, tout se passe très bien, nous avons de la chance. Notre objectif est de terminer dans les douze premiers de la Coupe de France. C’est quand même deux fois mieux que l’an dernier, où nous avions pris la 25e place. » **La meilleure équipe amateurs ? « Non. La Pomme-Marseille et Vendée U sont quand même devant, notamment grâce à un effectif plus complet. Mais la situation a changé depuis l’an dernier, et dans le peloton, le Blois-CAC 41 a gagné le respect. » **Les frères Samokhvalov ? « C’est ce qui se fait de mieux. Honnêtement, c’est énorme ! Il leur manque juste un peu de vitesse, mais ils font la décision dans toutes les courses, déclenchent les hostilités, sont dans les échappées… Financièrement, ils ne sont pas gourmands. Ce qu’ils veulent, c’est courir pour se montrer. Leur avenir ? S’ils peuvent passer pros à la fin de la saison, nous serons les premiers ravis. Nous ne sommes là que pour poursuivre leur apprentissage. J’ai déjà reçu des coups de fil, oui, mais rien de concret encore. Je crois qu’ils souhaitent intégrer une équipe française. » **Absents sur le Tour du Loir-et-Cher ? « Ils doivent retourner en Russie pour un renouvellement de visa, et ils devraient manquer l’épreuve. Ils devraient faire toutes les épreuves de Coupe de France, mais pas le TLC, c’est comme ça… On va tout faire pour que ça se fasse le plus rapidement possible, mais ils prennent l’avion la semaine prochaine, donc ça risque d’être trop juste. » **Le long terme ? « On verra si les frères Samokhvalov partent ou non en fin de saison. Mais cette dynamique peut faire du bien au club. J’espère que nos capitaines de route, comme Marc Staelen, resteront pour accompagner la progression des autres. Cette dynamique peut revaloriser l’image du Blois-CAC, ce qui n’est pas négligeable pour faire venir des coureurs. »

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *